Une braderie du livre pour faire face à la mévente  

0

Une braderie du livre pour faire face à la mévente  

En plus du faible lectorat, la cherté du livre en Algérie reste une véritable entrave pour les rares amoureux de la lecture. Une triste réalité que n’ont malheureusement pas encore compris les maisons d’éditions. Face un faible pouvoir d’achat, il est clair que même les amoureux de la lecture ne s’aventurent que très peu à aller acheter un livre en Librairie. le phénomène est d’ailleurs valable même sous d’autres cieux, mais la problématique est encore plus cruelle en Algérie.

Inutile de parler du nombre total de titres inscrits au catalogue des éditeurs chez nous, il est clair que ce nombre reste assez dérisoire par rapport a ce qui se fait ailleurs.

En ces temps de morosité littéraire et éditoriale, une initiative a été prise pour tenter de pallier cette situation, les éditions Barzakh annoncent l’ouverture d’une braderie de livres dans différentes régions d’Algérie.

Selon cette maison la raison de cette braderie, « une meilleure promotion de la culture et un encouragement pour la lecture surtout en ces temps difficiles de pandémie de coronavirus, qui oblige les gens à limiter leurs déplacements »  Non pas en raison des méventes et de la cherté du livre dont on dit rien, mais juste pour la promotion de la culture, quelle honnêteté !  

dans ce cadre et durant huit jours, du 24 au 31 octobre, Barzakh propose plus d’une dizaine de livres de son cru qui seront soumis à une réduction sur le prix de plus de 50%, comme il a été diffusé sur sa page Facebook officielle, ajoutant que la vente se fera dans différents lieux, en l’occurrence au niveau de l’association Bel Horizon et le petit lecteur pour la ville d’Oran, le Centre «el Amel» à Mascara, la librairie Mauguin de Blida, la librairie l’Arbre à dires, la librairie Kalimat, la librairie générale d’El Biar, la librairie Cheikh de Tizi-Ouzou et pour finir, la librairie Book Zone de Constantine.

Barzakh propose différents titres et types de livres pour palier le vide laissé par l’absence du grand événement littéraire, qui est le Salon international du livre (Sila). Cet événement annuel a été annulé pour des mesures de sécurité sanitaire. «Livres égrenés de-ci, de-là pour se consoler du Sila», lit-on sur le même espace.

Ainsi, les amoureux de la lecture et de livres pourront se faire plaisir, se détendre avec une bonne partie de lecture, mais surtout s’évader pour oublier la peur de la pandémie qui persiste toujours.

Enfin, cette initiative encouragera le citoyen à se pencher sur la lecture et le savoir d’une manière générale, mais aussi pour valoriser les livres sortis des différentes collections et leur donner une deuxième vie.

Zitouni Mustapha

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire