Syndicat National des agences de voyage (SNAV) : Appel aux autorités pour la réouverture du trafic aérien

0

Syndicat National des agences de voyage (SNAV) : Appel aux autorités pour la réouverture du trafic aérien

La situation actuelle de nos voyagistes devient de plus en complexe en raison comme chacun le sait, de la fermeture du trafic aérien décidée par les plus hautes instances du pays et ce, depuis près d’une année maintenant. Tewfik Midoun, Président du syndicat national des agences de voyage SNAV Ouest, lance un cri d’alarme en direction des hautes autorités du pays au nom des professionnels du secteur. A travers ses déclarations, nous ressentons en Mr Tewfik Midoun, un opérateur économique au service de l’économie de son pays en quête d’une meilleure prise en charge du secteur du voyage et du tourisme en Algérie. Nous reprenons fidèlement ses déclarations.       

« Malgré que ce temps n’est pas propice pour dire que le monde des voyagistes souffre particulièrement en Algérie, vu l’absence et la maladie du chef de l’état, le nombre de malades atteint du Covid qui reste faible par rapport au reste du monde qui n’à jamais arrêté ni fermé son espace aérien.

Le syndicat National des agences de voyages revendique et cri très fort afin de faire appel aux décideurs de libérer l’espace aérien avec la réouverture des frontières au même titre que le reste du monde.

Vu que la pandémie a évolué en Algérie et que le nombre de cas de contamination, ne tourne plus autour de 100 cas et qui a dépassé le chiffre de 1000 cas, cela ne sert à rien de maintenir les frontières fermées vu que les passagers désirant voyager seraient soumis à l’application des strictes restrictions sanitaires passant obligatoirement par un Test « PCR » en plus du test sérologique donc de quoi avons nous à craindre de cette clientèle qui voyage à bord des avions Air France et ASL sans pour autant qu’elle ait le moindre risque, d’autant plus, que toute la clientèle qui voyage ne porte aucun risque de contamination vu que cette dernière est déjà autorisée à voyager. Le pire se passe chez nous vu qu’une majorité ne respecte pas les mesures barrières pour éviter un nombre plus élevé de contaminations.

Cela ne sert à rien de maintenir les avions d’Air Algérie cloués au sol causant une crise économique monstre au moment où d’autres compagnies opèrent sur le sol algérien sans arrêt depuis l’apparition de cette pandémie soit disant, vols de rapatriements, c’est comme si tout ce nombre de passagers est de nationalité européenne ou détendeurs de carte de séjour sinon, des visas D concernant les étudiants, en plus des algériens résidents en Algérie munis de visa court séjour de  Tourisme, d’affaire ou familial ont bien fait partie de ces passagers voyageant en Aller simple, qui aujourd’hui, demandent à rentrer sur des vols de rapatriements, ceci dit, il s’agit de vols commerciaux déguisés et  profitant de l’absence du pavillon national.

Cette situation est dramatique faisant mal à l’économie Algérienne et en particulier la compagnie Air Algérie et les agences de voyages qui ne cessent de déclarer faillite à cause des décisions inappropriées.

Le Syndicat national des agences de voyages (SNAV), dénonce l’administration en Algérie, malgré les directives de l’Etat, aucune application de texte n’est respectée passant par les impôts, la Cnas, la Casnos qui réclament, les paiements appuyés par les pénalités au moment où les agences de voyages sont fermées depuis le 17.03.2020 à ce jour.

Le ministre du tourisme n’a pas bougé le petit doigt depuis son arrivée à la tête du ministère si ce n’est des promesses et des effets d’annonces face aux médias pour dire que tout va bien alors que tout va mal, si ce n’est applaudir les confectionneurs de bavettes et une majorité d’hôtels ayant perçus des sommes faramineuses suite au confinement imposé par l’Etat. Un simple test « PCR », aurait évité toutes ces dépenses, mais jamais une aide aux agences de voyage, si ce n’est 30.000 Da accordés à l’employé au même titre que tout le monde y compris les Taxieurs.

Le pire, c’est que parallèlement, le ministère du tourisme sollicite les agences de voyages afin qu’elles présentent un état relatif aux pertes durant cette période dont une majorité des agences a présenté des chiffres réels et justifiés variant entre 6 millions et 10 millions de dinars pour recevoir un montant de 90.00 Da refusé par une majorité

Nous faisons appel au gouvernement pour nous dire en toute franchise et assez rapidement, si nous devons encore attendre pour savoir où allons nous puisqu’aucune visibilité n’est apparue depuis.

Le syndicat national des agences de voyages demande encore au chef du gouvernement d’agir dans l’urgence en faisant cas des revendications du SNAV puisque ce dernier est habilité à gérer et orienter le gouvernement afin qu’il prenne les bonnes décisions et échapper au provisoire qui dure et qui fait très mal ».

Le président du Snav Ouest

Tewfik Midoun

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire