Oran : le gros mensonge sur l’hôtel de ville

0

Oran : le gros mensonge sur l’hôtel de ville

Zitouni Mustapha

On a menti aux oranais comme ils l’ont toujours fait car ils ne savent faire que cela, mentir, voler et se prendre pour de hauts responsables alors qu’en vérité, ce ne sont que de petits parvenus qui n’ont jamais eu l’étoffe d’être dignes d’accéder à l’hôtel de ville (la mairie) de la place du 1er novembre 1954.  

Le symbole de la ville d’Oran, son hôtel de ville avec ses Armoiries se trouve dans un état de dégradation totale jusqu’à faire pleurer le citoyen oranais qui en fait, n’a jamais été considéré comme tel, par ceux là même qui avaient en main, la prise en charge des affaires de la ville. Ils ont tout simplement menti à la population et au pays tout entier et pour cause, il a depuis sa fermeture pour une vaste opération de restauration, il a été annoncé que des bureaux d’études étaient déjà penchés sur ce projet. Puis un premier bureau est parti et c’est un autre qui avait pris le relais. Puis est venu, l’heure des travaux de restauration nous disait-on, lors de points de presse. Mais tout ce la n’était que mensonges, car de travaux, il n’y avait que des échafaudages qui étaient visibles de l’extérieur, dont sur la place d’Armes. L’intérieur était bien caché, alors que les citoyens oranais, pensait d’abord que des espagnoles avaient pris en charge les travaux, puis on nous annonça qu’une entreprise Turque, allaient à son tour, reprendre le relai. Alors que les oranais, pensaient que les travaux arrivaient à leur achèvement, on annonça en grande pompe, que c’est l’entreprise Hasnaoui qui allaient en fin de compte finir le travail.  Mais la grande surprise, c’est que ces derniers jours, c’est-à-dire bien des années après, l’hôtel de ville d’Oran, n’est que ruine avec ses vitres cassées, ses plafonds qui ont cédé, une saleté inimaginable et des pigeons qui passent de salle en salle. Des scènes aussi choquantes que tristes, car il y avait vie et activités dans les grandes salles de réunions de l’Hôtel de ville d’Oran.     

Tous responsables, le maire et ses élus et son assemblée communale qui n’ont eu aucun respect ni pour ces lieux historiques de la ville d’Oran, ni pour les Armoiries, symboles de la commune. Le ministère de l’intérieur et des collectivités locales, ministère de tutelle a aussi sa part de responsabilité, mais à qui on ne peut en vouloir pour des rasions évidentes que tous les oranais connaissent, celles de laisser Oran à l’image d’un grand bourg en détruisant touyt ce qui fait la beauté de la ville, son front de mer, qui a été sacrifié au nom d’une opération d’embellissement, qui en fait était une affaire d’enrichissement personnel par des pseudo entrepreneurs et des responsables véreux. Comme ont été aussi sacrifiées, les halles centrales à Cité Petit, démolies à une vitesse vertigineuse.       

A Titre de rappel historique, la première pierre du grand siège de la Mairie d’Oran fut celée le 14 juillet 1882. L’Hôtel de ville d’Oran a été achevé en 1888 avec la pose des sculptures en bronze des deux lions. Réalisées par le sculpteur animalier Auguste Caïn. Le siège de la Mairie est célèbre pour sa façade renaissance, L’entrée  majestueuse  gardée par deux lions en bronze comporte un escalier d’honneur en marbre très rare (l’onyx translucide) d’Ain Tekbalet. Il  conduit à la salle du conseil municipal

 

 

 

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire