La Sarl « Bahia Promotion »  les époux Haddouche et associés : la Issaba sévit toujours à Oran

0

La Sarl « Bahia Promotion »  les époux Haddouche et associés : la Issaba sévit toujours à Oran

Les victimes de la promotion immobilière des époux Haddouche et associés, une nouvelle fois harcelées  

Z.M  

L’affaire des promoteurs escrocs, les époux haddouche en l’occurrence, a fait grand bruit à Oran et dans les wilayas limitrophes. Des souscripteurs ont été victimes d’une grosse arnaque, ou ils ont perdu toutes les économies d’une vie, pour prétendre à un appartement dans l’une des promotions de ce duo dont le dossier est entre les mains de la justice. Le mari Haddouche Ahmed, étant pour rappel en fuite alors que son épouse et gérante de la Sarl « Bahia Promotion»,  est actuellement incarcérée en attendant leur jugement.      

Le collectif qui nous a contacté et qui a rendu public un communiqué est constitué de cadres universitaires, entre médecins et biologistes ainsi que des fonctionnaires de l’Etat, tous victimes de société de promotion immobilière, Haddouche et Bouziane, Mankour et Tedj Sarah, ce collectif habite la résidence El Menzah coopérative du 11 octobre 1955 N° 129 Canastel-Oran.        

Les victimes et elles sont nombreuses à Oran et dans d’autres wilayas à avoir déposé des plaintes  pour escroquerie contre les époux Haddouche, Ahmed et Hadjer. Un duo gérant de la Sarl «Bahia promotion «  mais aussi d’autre sociétés de promotion immobilière portant d’autres appellations jusqu’à s’y perdre, même la justice n’arrive pas a se retrouver dans un méli mélo qui a fait selon nos sources, plus de 151 victimes, un chiffre qui figure sur les plaintes qui ont déclenché la longue procédure judiciaire, non achevée à ce jour pour cause de multiples reports.

Malgré tout le bruit qu’aura suscité cette grosse affaire d’escroquerie, un collectif de victimes qui croyait que leur dossier était aux mains de la justice, ont été surpris  une nouvelle fois de se voir harcelés et attaqués par un des anciens actionnaires qui avaient cédé leurs part aux autres membres de la Sarl des Haddouche (Documents en notre possession)  est réapparu en mettant l’immeuble et les appartements qu’ils occupent et qu’ils ont payés a plus de 2 milliards, dans une étrange opération de saisie pour une vente aux enchères qui devrait se dérouler au tribunal de Yaghmourassen ce 8 septembre 2020. Un fait ahurissant qui poussent les souscripteurs victimes a s’interroger sur qui a autorisé cette mise en vente aux enchères, alors que ceux sont eux les victimes. De toute les façons les histoires du foncier a Oran a de tout temps suscité de multiples interrogations. 

Des  années  après  avoir  versé  les  premières  tranches,  des souscripteurs s’étaient aperçus pour certains que les projets étaient toujours en chantier tandis que d’autres ont eu la désagréable surprise de découvrir que “leurs” logements avaient été revendus à d’autres personnes.  Certains ont pu accéder à leurs appartement qu’ils achevés eux même malgré les tranches payées en totalité à la dite Sarl. 

Ces dernières semaines, au  tribunal correctionnel de Cité Djamel, le procès  avait été une nouvelle fois reporté, un procès qui est programmé chaque mardi selon nos sources.  

Rappel des faits

Le 20 mars 2019, plusieurs citoyens se présentent devant le procureur de la République du tribunal d’Oran pour porter plainte contre Ahmed Haddouche et son épouse Hadjer. Après avoir entendu les plaignants et examiné leurs dossiers, le magistrat ordonne l’interdiction de sortie du territoire pour les époux Haddouche et l’ouverture d’une enquête sur les graves accusations proférées à leur encontre.

L’audition de 151 victimes présumées et les investigations diligentées par la brigade économique et financière de la sûreté de la wilaya d’Oran permettent d’établir un certain nombre de faits présumés. Depuis 2013, la Sarl Haddouche Promotion propose la vente sur plan d’appartements, de villas et de locaux commerciaux à Oran et annonce la construction de résidences dans d’autres wilayas de l’ouest.

Les projets colportés de bouche à oreille ou proposés sur le site internet de l’entreprise sont intéressants : il s’agit d’appartement (F3, F4, F5, F6) situés dans des résidences en projet aux noms chatoyants tels que Queen House, Les Palmiers, Rayane, Malek, Instapparts, Andalous…, soit une vingtaine de projets de logements haut de gamme devant être réceptionnés et livrés dans des délais plus ou moins raisonnables.

De 2013 à 2019, les époux Haddouche réussissent  à  attirer  plus  de 150 souscripteurs dont certaines paient, la totalité du montant. . 

Début avril,  une  instruction  est  ouverte  contre  les  époux Haddouche pour divers chefs d’accusation, le magistrat instructeur ordonne le placement sous mandat de dépôt de la directrice commerciale, Hadjer Haddouche, et l’émission d’un mandat d’arrêt contre le patron de la société en fuite, Ahmed Haddouche.

L’instruction menée entre avril 2019 et mars 2020 sur ce dossier, dont la complexité  a  requis  la  désignation  de  quatre  juges  d’instruction supplémentaires, a abouti à la mise en accusation de 12 personnes pour divers chefs d’inculpations. Les époux Haddouche sont ainsi poursuivis pour escroquerie et émission de chèques sans provisions et blanchiment de capitaux.

 

 

 

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire