La JSM Tiaret, Une histoire et une grande Famille

0

La JSM Tiaret, histoire d’une grande Famille

EL Badilldz

Plus qu’un club de football, Zerga comme on aime à l’appeler à Tiaret, est d’abord une histoire, une culture et surtout, une grande famille. Petits et grands, femmes et hommes, suivent le club, qu’il gagne ou qu’il perde, on est tous là pour le club mythique de toute une région. La JSM Tiaret comme on l’a dit, c’est d’abord une famille, tout le monde se connait, jusqu’aux membres des familles des joueurs et des staffs. Hors du stade et des terrains de foot,  on se côtoie, dans les moments heureux comme dans les moments de douleurs, c’est le rituel des tiaretiens connus pour leur dévouement aux autres, « El Khassla » comme on dit est un Art de vivre spécifiques à Ouled Sidi Khaled.

La JSM Tiaret, c’es aussi des grands noms du Football algérien, qui ont toujours attiré respect et reconnaissance la ou ils allaient à travers le pays, c’est la aussi le secret de cette grande famille. Le regretté Benferhat Tahar, le libéro de classe ou encore l’ange gardien Krimo de son vrai nom, Abdelkrimi Laribi. Et encore l’élégant Zaoui Mohamed, Adda Maidi, Mourad Ardjaoui et bien sur Benzineb Ouddah et les sages et enfants de la ville, les frères Braik ou Banus avec les Benaïssa, Mohamed, Kadi et Zoheir et bien avant eux, le gentleman Souidi Mohamed avec les autres ainés de la JSMT, Chaouch Farhat Ould Mohamed, Mokhtari Abed,  Mohamed Ouadah et Fernane Mohamed connu sous le nom de « Mayoutti ».

L’histoire de la JSM Tiaret est si riche qu’il nous est difficile de citer les grands noms qui ont porté le maillot Bleu d’Ez Zerga, El Badilldz, leur rend un modeste hommage en citant quelques anciens de l’époque, comme Ali Zelassi, Belgharbi, Sikki, Boussedjra, les Mehenni, Hebib Belaid et les Belarbi, Rachid et Abdelkader entre autres. D’autres noms ont revêtu le maillot bleu et blanc à l’époque comme l’arrière central Chabal, un footballeur ayant exercé le basket-ball, le gardien Youyou et plus tard les Ouadhah Mohamed et feu Hous Abdelkader. A cette époque, le club était présidé par un autre enfant de la ville d’une famille exemplaire, le regretté Douma Larbi».

Selon certains écrits et mémoires rapportés par des anciens, c’est en 1951 et plus précisément le 26 juillet 1951 que s’est tenue l’élection d’un autre comité sous la présidence de monsieur Aït Abderrahim Ahmed, celui-là même dont le stade municipal porte le «nom». Beaucoup d’autres hommes accompagnent cette naissance. On citera entre autres Mekerba Becherki, ancien avocat à Relizane, Benaouda M’hamed, directeur d’agence Ferrier, Ghris Tahar, un écrivain public, Bouabdelli Mohame Ould Amari, un cadre de l’Etat et fervent nationaliste, ex-membre de la Fédération algérienne de football, Boukhalfa Ahmed, Medioni Hachemi et Ayachi Abdelkader.

«Il y avait Aït Abderahim Hamou comme directeur sportif, Ahmed Benamara, Hamou Benmoussa, un commerçant». Plus tard, d’autres noms figurent dans le comité, à l’image des Feknous Abdelkader, Kharoubi Mohamed, Leith Mustapha, Skander Yazid, l’un des six frères Skander, Belguidoum Abdelkader, Abdelkader Guitoun, Benaiet Boumaaza Djillali.

EL Badilldz, rend Hommage aux anciens qui sont partis en espérant un rétablissement à ceux qui souffrent de maladie en silence et dans la dignité avec aussi un hommage à Tahar Benferhat et Laribi Abdelkrim plus connu sous le célèbre diminutif de Krimo

 On ne peut ne pas citer les habbach  et leurs mayas (rimes) qui mettent en transe le public d’Ez Zerga, des supporters hors pairs, qui accompagnent la JSMT depuis d’illustres années sont aimés et respectés comme des véritables partenaires du Club que tous souhaitent qu’il reprenne ses marques dans la division supérieure comme ce fut un temps ou l’on comptait avec la JSMT.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire