BHL, le mercenaire  chassé après sa visite « surprise » en Libye

0

BHL, le mercenaire  chassé après sa visite « surprise » en Libye

Une étrange visite qui ôte toute crédibilité à la France dans le dossier libyen.    

Des titres mensongers de la presse française font allusion à des insultes antisémites suite au refoulement du philosophe de service de Nicholas sarkozy, Bernard henry Levy, tous deux derrière l’assassinat de Maamar Kadhafi et du Chaos qui s’en est suivi en Libye.

Non, il n’est nul question d’antisémitisme, mais bien d’une autre tentative du pseudo avocat de s’ingérer dans la situation déjà confuse en Libye. Les libyen ne sont pas dupes et n’ont pas la mémoire courte. La venue surprise du philosophe de service à Tarhounah en Libye. De mensonges en mensonges, Bernard henry Lévy affirmera avoir voulu réaliser un reportage sur des crimes de guerre présumés.

Avocat le plus zélé de l’intervention de la France en Libye en 2011, qui avait conduit à l’assassinat  Mammar Kadhafi et au chaos qui sévit actuellement dans le pays, Bernard-Henri Lévy s’est rendu sur place pour effectuer un reportage dira-il pour expliquer sa présence sur place le 25 juillet, il profèrera de nouveaux mensonges sur les réseaux sociaux : «Le charnier de Tarhounah […] 47 cadavres, dont des enfants, mains liées dans le dos, ont récemment été découverts : ils ont souffert le martyre imposé par des proxis pro-Haftar. Mon chagrin. Ma colère.»  Sa présence dans la ville de Tarhounah, située à une centaine de kilomètres au sud-est de Tripoli, ne semble pas avoir fait l’unanimité.  

«Une milice affiliée au GNA a ouvert le feu sur le convoi de Bernard-Henri Lévy, le repoussant hors des limites administratives de Tarhounah», a rapporté Libya al-Ahrar, la chaîne de télévision privée émettant depuis Doha (Qatar), citée par La Repubblica.  Dans un communiqué diffusé sur Twitter, le président du Haut Conseil d’Etat, Khaled al-Michri, s’est dit «surpris que le philosophe ait été autorisé à entrer dans la ville, étant donné le soutien de la France au seigneur de guerre Khalifa Haftar». Il a également demandé «aux autorités concernées d’enquêter».  La Repubblica assure que BHL aurait été invité par le ministre de l’Intérieur Fathi Bashagha, mais sans l’accord du reste du gouvernement d’union nationale. Une information confirmée par d’autres médias ce 26 juillet.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire