Bechar: Pour la sauvegarde de la palmeraie plus que millénaire de Béni-Abbès

0

Bechar: Pour la sauvegarde de la palmeraie plus que millénaire de Béni-Abbès

 La sauvegarde de la palmeraie plus que millénaire de Béni-Abbés est une nécessité pour la conservation et la préservation de cet espace naturel, agricole et touristique, ont estimé plusieurs agriculteurs et phoéniciculteurs.

La dégradation du sol où est localisée cette palmeraie en forme de scorpion de 42 ha à cause de facteurs naturels tels que les crues d’Oued Saoura, l’un des plus importants cours d’eau du Sud-ouest du pays, les incendies et l’apparition de l’araignée rouge, en plus de l’abandon des palmiers-dattiers par leurs propriétaires, sont les principaux maux dont souffre ce site naturel, a affirmé Mohamed Ameur, membre de l’association des vulgarisateurs agricoles et cadre de la direction locale du secteur de l’Agriculture.

« Malgré le recul de plusieurs et dangereuses maladies, telles que le Bayoud et le Boufaroua, qui avaient décimé dans le passé des milliers de palmiers-dattiers à travers la région, les facteurs persistent et causent d’importants dégâts au site, un outil économique pourtant très important pour plusieurs familles de la région de Béni-Abbes », a déclaré M. Ameur.

 « Ce programme d’actions doit être réalisé avec la contribution aussi des secteurs du Tourisme, de la Culture et des Forêts dans le but de préserver et développer ce site de 8.500 palmiers-dattiers, jadis source principale de revenus des populations de Béni-Abbès », a expliqué Mohamed Ameur.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Laisser un commentaire